Biographie 2/2

 
Photographie de Mme Giacomotti

Photographie de F-H Giacomotti

Photographie de sa maison à Quingey

Photographie de sa tombe à Etampes

Félix-Henri GIACOMOTTI

Après quelques apparitions remarquées au Salon parisien, l'artiste se marie avec une jeune étampoise prénommée Louise-Elise Lelarge et profite de sa nouvelle vie.
Malheureusement, la guerre de 1870 le ruine et l'oblige à s'investir d'avantage dans la réalisation de portraits, seule activité devenue lucrative pour un peintre.

Après plusieurs années d'expositions aux Salons parisiens et autres Expositions Universelles, le peintre se voit offrir en 1890 par la municipalité de Besançon, le poste de directeur de l'école des Beaux-Arts, ainsi que la conservation du musée.
Agé de 62 ans, Giacomotti accepte ce poste, capable de lui assurer pour la première fois de sa vie un revenu fixe et par conséquent, une certaine sécurité.

Revenu dans son pays, le peintre s'investit autant qu'il peut dans la vie franc-comtoise.
Il décore l'église de son village natal, réalise des portraits de franc-comtois célèbres et prend très au sérieux son nouveau travail. Professeur talentueux et attentionné, il réussit à faire de l'école des Beaux-Arts de Besançon l'une des meilleures écoles de province en 1898 et à attirer les jeunes peintres de la région, tel que Jules-Emile Zingg (1882-1942).

Décédé le 11 mai 1909 à Besançon à l'âge de 81 ans, Giacomotti laisse derrière lui, une école des Beaux-Arts plus dynamique, une collection de musée enrichie et restaurée en partie, ainsi que de nombreuses décorations d'édifices publics ou religieux ; mais il laisse surtout par sa prodigieuse galerie de portraits, un miroir inégalable de la société bourgeoise et des artistes de son temps. Giacomotti repose aujourd'hui aux côtés de son épouse au cimetière Notre-Dame d'Etampes.

Félix-Henri GIACOMOTTI
(Quingey 1828 - Besançon 1909)